Contrat de génération : le leurre que la CFE-CGC n’avale pas !

 

Permettre aux salariés les plus anciens de quitter l’entreprise dans de bonnes conditions et accueillir des jeunes de moins de 26 ans tout en leur transmettant les savoir-faire de la génération qui les précède. Voilà qui a du sens ! Hélas, le contrat de génération, puisque c’est ainsi qu’il se nomme, proposé par la direction d’Air Liquide SA et signé par la CFTC et la CFDT, n’est qu’un ersatz, une sorte de « Canada Dry » qui ne prend aucun engagement en matière de transmission des connaissances, donne peu d’élan pour les jeunes et favorise, parmi la population des plus anciens, ceux qui sont déjà les plus favorisés. À croire que le trio de tête d’Air Liquide SA dont la moyenne d’âge est de 60 ans se prépare à partir et a écrit le contrat pour lui !

Invitée par la direction à venir s’expliquer sur son refus de signer un accord inégalitaire et à l’opposé de l’esprit du contrat de génération, la CFE-CGC s’est vu rétorquer : « vous pouvez signer, ça ne fait de mal à personne ». On appréciera l’argument aussi utile qu’une paire de ski en plein désert. Une chose est sûre : si tous les contrats de génération qui se préparent dans chaque filiale ressemble à celui-ci, la CFE-CGC refusera de signer.

 

Crédit photo Istockphotos | Cherkas.